side-project-idee

Side-project : 5 étapes pour se lancer en parallèle de son job

Un side project, qu’est-ce que c’est ? C’est tout simplement travailler sur une idée le soir et le week-end. Cela peut être une aventure professionnelle ou associative qui vous stimule, vous nourrit et peut générer un complément de salaire. Il peut s’agir de devenir entrepreneur et créer une société, être freelance et chercher vos premiers clients pour réaliser des prestations de services ou de conseils. Ou encore créer un podcast. Votre side project peut être l’amorce d’une reconversion complète ou l’exercice de votre métier actuel en indépendant.

Pour quelles raisons lancer un side project ?

Aujourd’hui en tant que salarié, peut être que vous vous sentez perdus, fatigués, lassés de votre job. Bref, votre travail actuel n’a plus de sens pour vous et vous vous ennuyez. Commencer une activité en parallèle de son job est idéal pour effectuer une transition en douceur. Vous pourrez ainsi tester votre idée, identifier vos premiers clients, observer ce qui fonctionne, ce qui vous plaît ou non. Cela vous permettra de minimiser les risques. En effet, vous conservez votre salaire tout en essayant différentes stratégies et en expérimentant un nouveau mode de vie.

Étape n° 1 : trouver son idée de side project

Avant d’envisager se lancer dans la grande aventure de l’entrepreneuriat, il va falloir identifier le projet qui vous fera vibrer. Bref, trouver votre idée de projet professionnel. Et ici, il n’y a pas de secret : la clef est de visionner le futur de votre entreprise. 

Dans le monde où tout est possible :

  • Comment se développe votre activité ?
  • Quelle est votre vision de l’entrepreneuriat ?
  • Quelle ambition avez-vous ?
  • Souhaitez-vous vivre de votre passion ?
  • Souhaitez-vous générer quelques revenus complémentaires ou dégager un ou plusieurs salaires ?

Je vous partage mon exemple : j’ai commencé à travailler sur Au Temps Des Rêves alors que je travaillais encore en start-up comme chargée marketing. Si mon avenir professionnel était encore flou à cette époque, je savais que je voulais travailler en ligne, de chez moi pour respecter mon rythme et que je ne me voyais pas à terme avec des salariés. Je voulais un emploi du temps varié et me sentir utile, prendre soin des autres. Je voulais aussi être assez flexible pour pouvoir travailler aussi bien de mon canapé, d’un café que d’un bureau si j’en avais envie.

Ma vision de l’entrepreneuriat était donc bien loin des images que l’on trouve dans les magazines business ! (Généralement des hommes âgés d’une cinquantaine d’années, en costard, ayant réussi leur levée de fonds). Aujourd’hui, la vision que j’avais à l’époque a forcément évolué sur certains points, mais globalement c’est toujours le même programme !

Comment générer des idées de projets ?

Pour trouver votre idée, vous pouvez partir de ce que vous aimez faire, de vos passions, de vos envies, de vos centres d’intérêt. La base, c’est d’apprendre à vous connaître :

  • Quels sont vos besoins ?
  • Quelles sont vos valeurs ?
  • Quels sont vos compétences et vos talents ?
  • Souhaitez-vous construire un projet à partir de ce que vous savez déjà faire ?
  • Au contraire, avez-vous besoin de stimulation intellectuelle et d’apprendre de nouvelles choses ?

Enfin, vous pouvez également construire votre projet à partir d’un problème que vous rencontrez. Par exemple, si vous avez une voiture électrique, vous aimeriez savoir où la recharger rapidement et quelles sont les bornes qui sont libres. Vous n’êtes pas satisfait des applications et solutions existantes, alors vous créez la vôtre.

Soyez attentifs toutefois à l’écart entre ce que vous imaginez et la réalité. Si vous me dites que vous ne voulez pas travailler les week-ends ou les soirs et que vous souhaitez ouvrir un restaurant, ce n’est pas impossible, mais cela peut être osé !

Étape n° 2 : construire son offre et découvrir le marché

À ce stade, il n’est pas utile de vous créer des nœuds dans le cerveau pour savoir si le statut le plus adapté pour vous est le portage salarial, la micro-entreprise ou la création d’une société à l’aide d’un comptable et/ou d’un juriste.

Prenons l’exemple de Julie qui voudrait devenir copywriter (il s’agit de rédaction persuasive très utilisée dans le marketing). Pour commencer, Julie va faire le point sur ses savoir-faire. Maîtrise-t-elle déjà le copywriting ou les bases de la rédaction web ? Doit-elle suivre une formation ? De quelles ressources dispose-t-elle ? Bien sûr, elle n’est pas obligée de tout apprendre maintenant, cela pourra se faire au fur et à mesure.

Ensuite, elle va mener des enquêtes métiers et interviewer des copywriters, des rédacteurs web, des agences de com’ ou encore des freelances pour bien comprendre leurs besoins, les prix pratiqués, leurs attentes, les formations existantes et jauger combien de concurrents sont présents. Grâce à cela, elle va pouvoir déterminer son persona, c’est-à-dire le portait robot de son client idéal. Afin de rencontrer son persona, elle pourra mener des interviews qualitatives et également diffuser un questionnaire quantitatif pour vérifier l’adéquation entre son idée, ses prestations, ses prix et ses futurs clients.

En parcourant les étapes suivantes, vous aurez les clefs pour découvrir ce nouvel écosystème : 

  • Faire le point sur vos envies et compétences
  • Se renseigner sur l’existant : qui sont vos concurrents ? À quel besoin répondez-vous ? Quelle solution apportez-vous ?
  • Apprendre à connaître votre persona : est-ce que votre client idéal serait prêt à payer pour votre offre de produits ou de services ?

N’hésitez pas à réaliser à petits prix ou gratuitement une ou deux missions (et j’insiste particulièrement sur le une ou deux !) pour voir si cela vous plaît. Cela vous permettra également de déterminer les process à mettre en place avec vos futurs clients. 

Travailler sur un side project à la fois 

Mon conseil est de travailler que sur une seule idée à la fois. Non, choisir n’est pas obligatoirement renoncer ! Si vous avez plusieurs idées de projets à tester en parallèle de votre job, notez-les quelque part, vous pourrez y revenir. En revanche, travailler sur deux jobs à la fois demande déjà une énergie considérable : préservez-vous et restez focus pour avancer sereinement.

Étape 3 : vous faire connaître

En fonction de votre secteur d’activité, différentes méthodes de prospection existent : le démarchage en direct, par téléphone, les rencontres sur les salons professionnels spécialisés, les réseaux d’entrepreneurs ou encore le marketing digital et les réseaux sociaux.

Attention, lors de cette partie vous allez être obligé de vous exposer et de parler de votre nouveau projet : je vous encourage vivement à vérifier que vous n’avez pas de clauses de non-concurrence dans votre contrat ou à en parler avec votre supérieur. Si tout le monde peut ouvrir un blog, il peut être délicat de communiquer sur LinkedIn sur votre nouvelle activité tout en conservant comme poste actuel votre emploi salarié. Expliquez votre démarche avec précaution afin de ne pas vous mettre de bâton dans les roues et mettre toutes les chances de votre côté pour une éventuelle négociation de rupture conventionnelle par la suite.

Étape 4 : vaincre le syndrome de l’imposteur et la peur de l’échec

C’est également à cette étape que débarquent généralement en force le syndrome de l’imposteur et ses grands copains la peur de l’échec et le perfectionnisme. De nouvelles compétences, un nouveau statut, un projet que vous portez seul : vous êtes pleinement engagés dans votre side project. Ici, il va falloir apprendre à sortir doucement de votre coquille, à oser montrer quelque chose qui n’est ni fini ni parfait et oser se confronter à la réalité.

On est d’accord, cela fait rarement plaisir de se rendre compte que votre idée ne fonctionne pas aussi bien ou aussi vite que ce que vous voudrez, ou encore que ce n’est pas aussi bien que ce que vous aviez en tête. Rassurez-vous : le but d’un side project, c’est d’aller chercher des résultats rapidement. Une fois les victoires récoltées, vous pourrez revenir améliorer l’existant. Votre objectif : aller chercher rapidement des clients pour tester votre offre et créer votre statut d’entreprise avant de vous lancer officiellement si le cœur vous en dit !

Étape 5 : s’organiser pour respirer et rester motivé sur le long terme

Enfin, vous allez avoir pour mission de réussir à conserver un équilibre de vie professionnelle et personnelle tout en travaillant sur deux jobs à la fois. Bien sûr, votre side project va réveiller votre créativité, votre énergie, mais soyez vigilants : il est essentiel de prendre des pauses, de garder des temps off, des vacances, des week-ends pour ne pas craquer sur le long terme. 

Faire un bilan écrit

Je vous conseille de vous fixer au maximum 3 grands objectifs à atteindre chaque jour. Ensuite, en fin de journée, définissez vos objectifs du lendemain et prenez le temps de faire un bilan : comment vous êtes-vous senti physiquement, émotionnellement ? Quels sont les obstacles éventuels que vous rencontrez ? Quelles sont vos fiertés ? N’hésitez pas à faire également un bilan à la fin de chaque semaine.

La méthode des petits pas

Adoptez la stratégie des petits pas : personne ne peut grimper au sommet de l’Everest sans entraînement. Chaque jour, découpez votre objectif principal en petites étapes afin d’aller chercher des victoires rapides et maintenir votre niveau de motivation. 

La méthode pomodoro

Pensez également à travailler de façon focus : renseignez-vous sur la méthode Pomodoro (travaillez avec une concentration intense sur une tâche à la fois pendant 25 minutes, prenez 5 minutes de pause. Recommencez 3 fois et au quatrième round, prenez 1h de pause). Idéalement, lors de cette dernière pause, allez prendre l’air, marcher, profiter du soleil, coupez vraiment !

Time booking

Pour augmenter votre concentration, vous pouvez également définir des plages horaires sur lesquelles vous travaillez uniquement sur votre side project. Mon conseil : désactiver les notifications sur votre ordinateur et votre téléphone. Réservez-vous par exemple tous les samedis matins où vous prenez rendez-vous avec vous-même. Vous n’annuleriez pas un call avec votre patron n’est-ce pas ? Alors pour quelle importance accordez-vous à votre side project ?

Je ne le répéterai jamais assez : un cerveau épuisé ne peut pas être productif ! Si vous voyez que la procrastination est au rendez-vous, je vous invite à entendre son message : quelles peurs vous retiennent ?

En conclusion

Lancer un side project est une expérience passionnante ! Cela va vous permettre de découvrir et d’apprendre de nombreuses choses sur l’entrepreneuriat et sur vous-même ! 

En résumé, les clefs pour le lancer sereinement sont : 

  • Se connaître pour trouver une idée de projet adaptée
  • Ne pas attendre pour découvrir le marché, se renseigner et se confronter à la réalité
  • Se faire connaître
  • Apprendre à oser
  • S’organiser pour se préserver
  • Quand vous vous sentirez prêt, quitter votre travail pour vous lancer à 100%

Et vous, avez-vous déjà lancé une activité en parallèle de votre travail ? Qu’est-ce que vous aimeriez créer comme projet ?

Add A Comment