mon parcours

Je crois qu’il n’y a aucun parcours professionnel classique ou typique. Je crois qu’il y a des rencontres, des opportunités, des essais, des erreurs, des sorties de route et des chemins à découvrir. Et je pense profondément que c’est l’ensemble de l’aventure qui crée la richesse.

D’apprentie bibliothécaire au marketing digital

Lorsqu’en 2012 j’arrive avec mes valises à Grenoble, je souhaite être bibliothécaire. Mon amour de l’apprentissage, de la curiosité, des bouquins me poussent à m’inscrire dans une formation passionnante. Mais, lors de mon stage de fin d’études, c’est la dégringolade. Le métier de bibliothécaire est à mille lieues de ce que j’imaginais, de ce dont j’en rêvais. Alors, c’est le temps de la première bifurcation. Je pars à la recherche d’un domaine qui pourrait nourrir ma curiosité et s’ouvre alors la porte du marketing digital.

Une licence de webmaster éditorial en poche, je fais mes premiers pas en agence. De 2015 à 2018, c’est le grand bonheur. Je suis portée par mon métier. J’apprends, je produis, je participe à la visibilité de petites et très grandes entreprises. Mon travail est reconnu. D’opportunités en apprentissages, je découvre peu à peu le monde de la formation : j’ai la joie d’intervenir auprès d’entrepreneurs individuels et d’étudiants en communication. C’est une révélation, l’accompagnement doit prendre une plus grande place dans ma vie… mais mon syndrome de l’imposteur me pousse à croire que je suis bien trop jeune et bien trop peu expérimentée pour pousser cette porte.

reconversion-professionnelle

La crise du quart de siècle

Plus les jours passent, plus quelque chose coince. Est-ce parce que j’approche de la crise du quart de siècle ? Peut-être ! En tout cas, je commence à m’épuiser de cette grande machine de production digitale qui va toujours plus vite, qui va toujours plus haut, souvent au détriment du sens. J’essaie alors de changer d’entreprise en me confortant qu’en allant voir ailleurs, mon conflit de valeurs, de plus en plus fort, s’envolerait comme par magie. (Spoiler : ça n’a pas fonctionné !).

En proie au stress et face à ma perte d’identité, ma route croise alors celle du développement personnel, de la thérapie, du coaching, de l’accompagnement, au sens humain du terme. Et je trouve enfin ma place !

Je remue ciel et terre et tout s’aligne. En quelques mois, je rejoins l’association Les Sabots du Cœur comme bénévole. Je peux alors montrer que le marketing, lorsqu’il est utilisé pour porter une cause, pour donner du sens, pour accompagner profondément les gens, se révèle dans toute sa puissance, sa beauté et son intérêt.

Pour moi, la boucle commence à se boucler. Je négocie une rupture conventionnelle et crée ma microentreprise le 1er mai 2019. J’ose surmonter mes peurs et forte de mon expérience, je m’installe comme formatrice freelance pour accompagner les entrepreneurs individuels à trouver le projet qui est fait pour eux. J’ai le grand bonheur d’intégrer les équipes freelances de Livementor et de pouvoir me former au coaching professionnel pour aller plus loin dans ma posture d’accompagnante.

coaching-formation-consulting

De l’accompagnement au coaching

En créant ma microentreprise, je suis très claire avec moi-même : la formation fera toujours partie de ma vie, car j’aime profondément transmettre. Mais, je sais aussi que ce qui m’attire profondément c’est le coaching. C’est mon ikigaï, ma mission pour les années à venir. Pour l’autonomie. Pour la relation. Pour les prises de conscience. Pour les étoiles qui s’allument dans les yeux. Pour le pas de côté qui va tout changer.

Dès le début de ma formation, jusqu’à ma certification et depuis, j’exulte. Tout est brûlant de vie, d’espoir, d’avenir.

Je tombe en amour pour la quête de sens, pour les évolutions professionnelles, les reconversions. Les gens audacieux, qui souhaitent bouger les lignes, créer leur monde et atteindre leurs rêves, en toute sérénité. Ceux qu’on prend souvent pour des dingues parce qu’ils ont n’ont pas le même rapport au temps, pas le même rythme. Ceux qui se questionnent sur le décalage qu’ils éprouvent avec « ces autres ». Ceux qui font confiance à leur intuition et qui osent s’affranchir des diktats et des barrières. Ceux qui pensent qu’il n’y a jamais de bons moments pour faire le premier pas.

Alors, si tu crois que c’est le moment pour toi de faire le premier pas et que tu souhaites en savoir plus sur le coaching, je t’invite par ici !