blog-vaincre-peurs-tim-ferris

Vaincre ses peurs pour créer son projet en toute sérénité

Selon Paul Ekman, l’être humain dispose de 6 émotions fondamentales : colère, tristesse, joie, peur, surprise et dégoût. Mais, dans notre culture occidentale, les émotions ont une place assez délicate. Nous avons plutôt appris à les refouler au de décoder les messages qu’elles nous envoient.

Dans cet article, je vais m’intéresser particulièrement à la peur car, la plupart de nos inquiétudes sont irrationnelles et infondées. Le plus souvent, notre mental s’emballe et nous emmène faire des montagnes russes : on imagine des tas de scénarios, on stresse, on panique. Finalement, nous sommes figés, incapables de faire un choix.

La peur : une émotion pour notre survie 

Avoir peur se manifeste lorsqu’il y a danger ou menace. Dans ces cas-là, nous passons en mode pilote automatique pour notre survie. Et, c’est plutôt chouette d’avoir deux ou trois réflexes pour sauver notre peau si l’on doit se retrouver face à un grizzly affamé en pleine nature !

En revanche, dans notre quotidien, les peurs que nous éprouvons pour une reconversion professionnelle, une rupture, un voyage, un changement de vie, une création d’entreprise peuvent très souvent être largement diminuées. Dans ce type de situation, avoir peur est une bonne chose : le mental permet simplement de donner quelques points de vigilance, d’allumer des warnings dans notre cerveau pour être sûr que tout a bien été checké au décollage.

Alors, comment apporter une réponse rationnelle à une émotion instinctive ?

Surpasser ses peurs — Tim Ferris

Est-ce qu’il est possible de vaincre ses peurs ? Avec cet exercice de Tim Ferris, issu de son TEDX « Définissons nos peurs plutôt que nos objectifs », tes peurs seront toujours là, mais tu auras toutes les clés en main pour prendre une décision rationnelle.

1) Décrire le pire scénario possible

Ici, il s’agit de ne pas y aller avec le dos de la cuillère. Dans le pire du pire du pire, que pourrait-il se passer ? Prenons le scénario de Jade :

“J’effectue une reconversion professionnelle. Mon scénario catastrophe :

  • Mon entourage n’adhère pas à mon idée et me met à l’écart
  • Mon niveau de vie baisse
  • Si je perds trop d’argent, je pourrais perdre mon appartement et si ma famille ne me soutient pas, ce serait me retrouver à la rue.
  • J’ai peur de repartir de zéro : perdre mes années d’études. Et si je n’y arrive pas ? Je serais paralysée, déçue de moi-même, incapable de rebondir.”

2) Transposer les scénarios dans un tableau

Maintenant, Jade va pouvoir relire et surligner toutes ses peurs puis les retranscrire dans son tableau.

Note les peurs dans la colonne A

Jade pourrait noter :

  • Ne pas être soutenue, affronter le regard des autres
  • Perdre de l’argent et mes biens matériels
  • Echouer et perdre mon statut social

Imagine les antidotes dans la colonne B

Puis, dans la colonne B, Jade va s’intéresser aux antidotes : c’est-à-dire, comprendre ce qui dépend d’elle, identifier les personnes ou ressources sur qui elle peut compter et imaginer des solutions pour prévenir ses peurs.

  • J’ai peur de ne pas être soutenue : ce que je pourrais faire pour éliminer ou prévenir cette peur : organiser un repas avec mon entourage pour leur expliquer calmement que mon travail me rend malheureuse, que leur soutien est important pour moi, car je me sens seule et déboussolée.
  • Perdre mes biens matériels : ici, je peux : négocier une rupture conventionnelle afin d’avoir une sécurité avec les allocations chômage. Deuxièmement, je peux faire des économies pendant 6 mois. Enfin, je pourrais envisager de quitter mon appartement en plein centre-ville qui ne me plait plus et aller en campagne.

Et on recommence pour chaque peur !

Trouve des solutions dans la colonne C

Passons désormais à la colonne C, la colonne “réparer”. Imaginons que malgré les stratégies mises en place, tout s’écroule.

Jada a désormais conscience de ses peurs et dispose de solutions. Malgré ces antidotes, si sa peur venait à se réaliser, comment pourrait-elle réparer la situation ?

Et bien, elle pourrait demander de l’aide à sa sœur, prendre RDV avec sa banque ou encore effectuer un job alimentaire le temps de remettre les comptes à flots.

3) Comprendre les bénéfices du succès

Sur une nouvelle feuille, Jade va noter tous les scénarios de rêve. Dans le monde où tout est possible, avec des ressources illimitées, quels seraient les bénéfices d’un succès ?

“En osant passer à l’action, je suis plus heureuse, moins déprimée, plus disponible et à l’écoute pour mes amis et ma famille. De plus, je me sens moins stressée et éprouve moins de douleurs dans le dos, moins de crises d’angoisse…”.

4) Mesurer le coût de l’inaction. 

Dernière étape, nouvelle feuille ! Si tu ne fais rien, que se passera-t-il dans 6 mois ? Qu’est-ce que va te coûter ton inaction, physiquement, émotionnellement, financièrement ? Et dans un an, dans trois ans, qu’en sera-t-il ? 

Une fois que Jade aura répondu à cette question, elle aura toutes les clés en mains pour :

  • Disposer d’une vision globale de ses peurs
  • Dédramatiser la situation
  • Nommer ses peurs et donc prendre conscience du mécanisme mental qui se met en place
  • Libérer la parole et faire appel à des ressources et des personnes extérieures

Voilà, nous arrivons au bout de ce puissant exercice ! Pour conclure, c’est un outil que je recommande mille fois : à chaque obstacle identifié, nous pouvons trouver une solution, une ressource. C’est un excellent remède pour passer à l’action !

Comments

  1. Pingback: Syndrome de l’imposteur : apprendre à se faire confiance

Add A Comment